Cette randonnée est appelée Bocca di l’Arinella sur « Visorando ».

Pour découvrir les 10 fontaines de Lisa lors de cette randonnée sur les hauteurs d’Ajaccio, 2 accès possibles: via le château de la Punta, (balade de 1h30, 6 kms environ), ou au départ de Castellucciu, direction Saint-Antoine, le départ se trouve sur la gauche dans un virage à droite. C’est le départ qui se trouve à 10 minutes du cimetière des enfants du bagne de Castellucciu.

Je vous parlerai aujourd’hui de second puisque c’est celui que nous avons emprunté, et c’est aussi le plus proche du cimetière des enfants du bagne de Castellucciu amenés de différentes régions de France, souvent pour des délais mineurs, condamnés dès l’âge de 8 ans, entre 1855 à 1866. 160 sont morts ici (plus d’infos en bas de page).

Cette randonnée vous fera passer par le barrage de Lisa ne présente pas de difficulté si ce n’est qu’il faut monter presque en continu, il est donc préférable d’éviter de partir sous un soleil de plomb comme nous l’avons fait !

Nous avons mis 30mn pour arriver au barrage qui alimentait la ferme agricole de l’ancien pénitencier, où nous avons eu le plaisir d’être accueillies pas plein de tortues d’eau et des poissons.

Une petite pause avant de repartir en direction des 10 fontaines qui alimentaient Ajaccio en eau potable tristement construites par les enfants du bagne de Castellucciu dont on trouve le pénitentier et le cimetière évoqué plus haut. Elles ont été redécouvertes il y a peu sous la végétation.

Pour aller vers la pointe (punta), au barrage prendre la direction du château de la Punta.

La montée s’intensifie à partir de là, prévoir de bonnes chaussures de randonnée surtout pour la descente.

Remarque importante, une des fontaines permet de se recharger en eau (fraiche en plus).

La vue panoramique sur Ajaccio est superbe.

Après les fontaines, passez la barrière (pensez à bien la refermer, ça évitera aux randonneurs derrière vous de se retrouver nez à nez avec une vache 🐮😂).

Au carrefour suivant, prenez le sentier sur la gauche (et non la direction du château), passez à côté du gros pylône électrique, et suivez le sentier jusqu’au sommet. Des cairns vous guideront.

Photo prise depuis le sentier vers la punta, en direction des fontaines. Le chemin sur la gauche (et donc sur la droite dans le sens aller est celui qui mène au château

Bonne rando !

Dénivelé: 390 m

Temps: 3h

🚶Distance: 12 km A/R

Comme évoqué plus haut nous sommes allées plus loin, espérant monter au sommet, mais couvre-feu 21h, donc descente au pas de course forcée à quelque pas 😭


L’HISTOIRE DE SAINT-ANTOINE, LE BAGNE DE LA HONTE, par René Santoni

« La colonie horticole de Saint Antoine est la première colonie correctionnelle, créée en Corse, en 1855 dans la vallée insalubre de Saint Antoine, près d’Ajaccio.
Pendant les quatre premières années elle est rattachée au pénitencier agricole pour adultes de Coti Chiavari et qualifiée de « quartier des jeunes détenus » de cet établissement, avant de prendre son autonomie en 1859 sous le nom de colonie horticole de Saint Antoine.

Cette colonie répond aux exigences de l’article 10 de la loi du 5 aout 1850, article qui prévoit que les insubordonnés des colonies pénitentiaires et les enfants de moins de 16 ans condamnés à des peines de plus de deux ans doivent être dirigés vers une colonie plus répressive, gérée par l’Etat et nommée : colonie correctionnelle.

Si la discipline exercée dans les colonies agricoles ordinaires est de façon générale très sévère, celle des colonies correctionnelles est encore plus affirmée. C’est ainsi que l’on trouve dans de nombreux rapports, des écrits indiquant qu’à Saint Antoine des enfants sont enchaînés et « ferrés ».

Pendant les onze années d’existence de cet établissement (1855-1866), 1136 enfants y seront détenus et 160 y mourront, soit environ 14% de l’effectif, victimes de la malaria et des mauvaises conditions de vie.

Les problèmes de salubrité non résolus sont, en partie, la cause de la suppression de la colonie. A sa fermeture en 1866 elle est remplacée par le pénitencier agricole pour adultes de Castelluccio, et il fallut attendre près de trente ans (le 2 juin 1895), pour voir la création d’une deuxième colonie correctionnelle située à Eysses dans le département du Lot et Garonne.

Texte : René Santoni

Source: http://enfantsenjustice.fr/?saint-antoine-colonie-horticole-521

Cette triste période de l’histoire a été illustrée dans une bande-dessinée: