L'argent fait-il le Bonheur ? - SuccessBuilderAcademy

Philosophie de Vie

L’argent fait-il le Bonheur ?

on

Suite à l’article « Êtes-vous Heureux ?« , la question du Bonheur reste entière… prêts pour la clé numéro 1 ?

Alors c’est parti !

Bien entendu lorsqu’on parle de Bonheur, cette petite phrase bien connue nous revient en tête…

« L’argent ne fait pas le bonheur » et généralement on y accroche le petit truc qui vient avec «…mais il y contribue ».

Nous avons évidemment tous un avis là-dessus, mais qu’en est-il vraiment?

Bien entendu de nombreuses personnes se sont penchées sur la question, et les études révèlent qu’au-delà d’un certain niveau de revenu, nous sommes potentiellement plus heureux.

Alors pourquoi ?

Eh bien parce que même si l’argent ne fait pas le bonheur à lui tout seul, le seul fait de manquer d’argent engendre immanquablement du stress.

Il a donc été démontré qu’au-delà de 3000€/mois de revenus, ils n’y a que 1,4 % de personnes surendettées, ce qui retire ce facteur stress et donc une des raisons principales de ce qui empêche d’accéder au bonheur à savoir.

Il faut bien avouer vrai qu’il est bien difficile de nager en totale plénitude entre 2 appels du banquier et de l’huissier.

Sans aller aussi loin, le fait de ne gagner que ce qui nous permet de payer nos factures et se priver le tout à l’exception du minimum vital n’est pas non plus le meilleure façon de nager en plein bonheur à savoir vivre en état de joie durable.

Certains diront que nous pouvons tout à fait être heureux dépouillés de tout, mais cet état d’avancement spirituel est réservé à quelques « maitres » ayant déjà effectué tout un cheminement personnel, mais le simple fait de ne pas pouvoir offrir les soins à son entourage en cas de nécessité n’amène pas vraiment à une parfaite quiétude.

En revanche, il n’est pas rare de trouver des personnes gagnant plus de 100 000€ par mois et être sous antidépresseurs.

Une des raisons est le sentiment de ne plus pouvoir être authentique, de ne plus savoir distinguer les amis par intérêt qui s’intéressent avant tout à ce que l’on a, des amis sincères qui s’intéressent à qui on est vraiment.

D’autre part, plus une personne possède de biens et est influente, plus les gens autour attendent quelque chose d’elle et à tendance à coller une étiquette dont il est bien difficile de se défaire. S’ensuit parfois une perte d’identité au profit de celle que les autres ont créée en fonction de leurs attentes et de l’image qu’ils se sont faite, bien difficile à récupérer tellement il est facile de s’en éloigner.

C’est ce dont je parle dans ma vidéo « Ne laissez personne vous coller une étiquette« :

Par ailleurs, même si ces riches personnes ont éliminé le facteur stress lié au règlement des factures et aux premières nécessités, elles le retrouvent derrière une autre peur… la peur de perdre…

Eh oui… ce sentiment d’avoir tant donné, tant travaillé, fait tant de sacrifices pour obtenir un niveau de vie (et j’ai bien dit « niveau de vie » et non « qualité de vie »), tant de matériel, fait que d’une part il faut être capable de trouver la limite à laquelle on décide de s’arrêter et de profiter, enfin, de la vie, et d’autre part, ne pas s’identifier à ce matériel, car en cas de perte, non seulement c’est sa personne toute entière qui est remise en question, mais c’est aussi très difficile d’accepter le « tout ça pour ça » (tous les sacrifices effectués pour tout perdre), car là, le sentiment d’être passé à côté de sa vie est généralement aussi fort que la chute est grande.

Nous avons dont là une égalité face au « lâcher-prise »… d’une part la peur de manquer, de l’autre celle de perdre… et donc de manquer (à laquelle s’ajoute le regarde des autres)…

L’idéal se situe donc sans doute entre les deux, gagner suffisamment pour ne pas vivre la première situation, et se connaitre suffisamment pour savoir ce qu’on attend de la vie, ce qui nous amène d’ailleurs directement à la clé du Bonheur suivante…

Imaginez-vous sur une île déserte avec un compte en banque plein à craquer, mais tout seul…

En conclusion, la question que j’aurais envie de vous poser c’est: « au bout de combien de temps vous donneriez toute votre fortune pour revenir à votre vie d’avant même si elle vous semblait pas terrible ? »

Tout ceci est très bien imagé dans l’excellent livre « La liste de mes envies » (cliquez sur l’image pour accéder directement à Amazon)

 

En attendant la clé n°2, je vous souhaite une merveilleuse journée et tout le bonheur du monde.

A propos de Anne-Sophie COLLET-MARESCHAL

Laissez un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *